Cabinet du
Dr Y.-D. Bifrare Tarin, MD PhD


Ophtalmologue FMH
Grand-Rue 47 à Lutry

021 791 00 10


Nos prestations

 

Le cabinet est équipé d’une technologie de pointe pour vous garantir des soins de première qualité. Le Dr Bifrare a le plaisir de vous recevoir dans son cabinet pour une prise en charge personnalisée.


  • Traitement des maladies de l'oeil les plus courantes
  • Cataracte
  • Glaucome
  • Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)
  • Plus d'informations
  • Urgences
  • En cas d’urgence, nous pouvons vous assurer un rendez-vous dans les 24 heures
  • Un contrôle immédiat chez l’ophtalmologue est indiqué dans les cas suivants :
  • Diminution soudaine de l’acuité visuelle
  • Vision d’ombres ou de lignes
    (p.ex : en cas de décollement de la rétine)
  • Vision d’éclairs, de mouches ou de filaments
    (ce sont les symptômes d’une rétraction du corps vitré qui peut conduire à une déchirure de la rétine)
  • Lignes droites devenant subitement annelées ou tordues
  • Vision double soudaine
  • Œil douloureux
  • Œil rouge, collé, purulent et enflé
  • Corps étrangers
    (projection dans l’œil d’une particule métallique ou autre)

Notre équipe


Dr Delphine Bifrare

ancienne cheffe de clinique universitaire
FMH en ophtalmologie


Mélanie Boeuf

orthoptiste


Alexandra Bielinski

optométriste et opticienne


Liza Tchiakpe

assistante médicale


Véronique Tolle

assistante médicale

Infos et horaires

 

Accès restreint pour les personnes en fauteuil roulant !

 

Nous consultons le matin et l'après-midi
ainsi qu'une fois par semaine à midi et le soir


Lors de votre premier rendez-vous,
n'oubliez pas :

  • Votre carte d'assurance maladie
  • Toutes vos lunettes
  • La liste de vos médicaments
  • La valeur de l'hémoglobine glyquée (HbA1c) pour les diabétiques


 

 

Téléchargez les informations pratiques au sujet du cabinet en cliquant ici !

Où nous trouver ?

 

En bus : Bus TL n°9 (cadence 7 minutes), arrêt Voisinand
En voiture : parking couvert de “La Possession” ou parking de “ La Combe” – quelques places en zone bleue à proximité immédiate du cabinet
En train : S1 ou S3 du RER Vaud (Lausanne-Montreux-Villeneuve) , arrêt Lutry

Prendre un rendez-vous


Nous répondons à vos appels
les lundis, mardis, mercredis et vendredis
de 8h15 à 12h00 et de 13h30 à 16h30
les jeudis de 8h15 à 12h00 et de 14h00 à 16h30


Vous pouvez nous envoyer votre demande de rendez-vous et nous prendrons contact avec vous dans les plus brefs délais :


Liens

Les maladies de l'oeil les plus courantes


Cataracte

La cataracte est une opacité du cristallin (lentille biologique de l’œil). C’est un processus naturel qui peut déjà se présenter dès l’âge de 50 ans. L’opacification du cristallin conduit à une diminution de l’acuité visuelle, une diminution de la perception des contrastes, ainsi qu’une tendance à l’éblouissement.

La cataracte n’est pas une maladie, mais une évolution naturelle qui se produit aussi dans des yeux sains. C’est pourquoi, une opération de la cataracte, qui en est la thérapie, améliore grandement la performance visuelle. Un examen médical complet est requis pour déterminer si une opération est indiquée.


Glaucome

Le glaucome est une maladie du nerf optique. Il est souvent, mais pas toujours, causé par une augmentation de la pression intra-oculaire. C’est une maladie à progression lente et insidieuse, qui est indolore et sans symptômes apparents pour le patient au premier stade de la maladie. Le glaucome touche en principe des individus de plus de 40 ans, c’est une cause fréquente de cécité. C’est pourquoi les personnes de plus de 40 ans devraient avoir recours à des contrôles réguliers chez leur ophtalmologue. Pour traiter le glaucome, il existe diverses thérapies permettant d’arrêter la progression de la destruction du nerf optique et de la perte de la vue. Ces thérapies sont sous forme de gouttes oculaires, laser ou opération. Ces divers procédés ont pour objectif de faire diminuer la pression intra-oculaire. Une thérapie bien suivie permet de contrôler le glaucome et éviter la perte de la vision.

Contrôles et tests réguliers effectués :

Examen à la lampe à fente : examen et évaluation du nerf optique

Tonométrie : mesure de la pression intra-oculaire

Périmètrie : examen des champs visuels, respectivement mesure des champs visuels périphériques

OCT (tomographie à cohérence optique) : mesure de l’épaisseur de la couche des fibres nerveuses et photographie du nerf optique


Dégénérescence maculaire

La « macula » est le terme médical pour désigner le centre de la rétine. Elle a un diamètre d’environ 5 mm. C’est à cet endroit que la vision est la plus précise. Si la macula ne fonctionne pas toutes les actions nécessitant la fixation deviennent difficiles ou impossibles (lire, reconnaître des visages ou regarder la télévision).

Avec les années, des produits de dégradation de métabolites peuvent s’accumuler sous la rétine. Cette accumulation provoque la formation de tissus sur la rétine, c’est ce qu’on appelle la dégénérescence maculaire sèche. A ce jour, il n’existe pas de traitement thérapeutique. Une dégénérescence maculaire sèche peut aussi évoluer vers une forme exsudative (forme humide). C’est pourquoi des contrôles réguliers de la forme sèche sont indiqués.

En cas de forme exsudative, au fil du temps, sous la rétine se développent des vaisseaux sanguins non sains entrainant l’accumulation de liquide ainsi que des saignements sous ou dans la rétine. Ceci provoque un fort œdème de la macula. Pour les deux formes l’acuité visuelle est fortement atteinte. En cas de forme exsudative l’évolution est beaucoup plus rapide. Cette forme peut être traitée (récemment depuis 2006) par des injections intra-oculaires visant à améliorer l’acuité visuelle et stabiliser la vision.

Traitement au Laser YAG
Iridotomie-Capsulotomie

Capsulotomie

Plusieurs années après une opération de la cataracte réussie, il peut apparaître une cataracte secondaire, il s’agit d’une opacification de la capsule postérieure de la lentille. Avec le Laser YAG on peut traiter simplement la capsule (capsulotomie au Laser YAG) et de ce fait le maintien d’une vision claire.

Ce traitement au laser peut être effectué dans notre cabinet.


 

Iridotomie

En cas d’un angle irido-cornéen étroit le risque de glaucome aigu (pression intraoculaire très élevée avec le risque de perturber la perfusion sanguine de la rétine) est significativement plus haut. En prévention ou également comme traitement d’un glaucome aigu, on peut effectuer une iridotomie périphérique au Laser YAG, ce qui consiste à créer un petit trou dans l’iris afin d’établir une connexion entre la chambre antérieure et postérieure. Ce traitement au laser peut être effectué dans notre cabinet.

La pression intra-oculaire est créée par un liquide, l’humeur aqueuse, qui est produite dans le corps ciliaire. Le corps ciliaire est un tissu circulaire qui se trouve derrière l’iris. L’humeur aqueuse circule derrière l’iris par la pupille (entre l’iris et le cristallin) et revient sur le devant de l’œil dans la chambre antérieure (entre l’iris et la cornée). Dans l’angle irido-cornéen, elle passe à travers différentes structures/filets pour se rendre dans le canal de Schlemm d’où elle est évacuée. C’est un flux constant. Si cet angle est étroit ou fermé, ceci entraîne une augmentation de la tension intraoculaire.

Un angle irido-cornéen étroit peut conduire à une augmentation ou une fluctuation de la pression intra-oculaire. A long terme, cette pression trop élevée peut entrainer des lésions du nerf optique, raison pour laquelle une surveillance régulière est conseillée. A court terme, dans certaines circonstances, l’angle peut se fermer complètement et la pression intra-oculaire peut augmenter excessivement, c’est ce qu’on appelle un glaucome aigu. Ceci peut perturber la circulation du sang (par exemple provoquer une thrombose). Il est extrêmement important de le traiter rapidement car cela peut entraîner une baisse permanente de la vision.

Afin d’éviter le glaucome aigu, nous pratiquons une iridotomie. L’iridotomie est un passage entre la chambre antérieure (partie antérieur de l’iris) et la chambre postérieure. Ce passage peut dans un premier temps, équilibrer une différence de pression « en ouvrant » l’angle. Deuxièmement, l’iridotomie crée un passage pour le liquide, ce qui évitera que l’angle se ferme complètement et provoque un glaucome aigu. Nous pourrions appeler cette intervention : « le vaccin contre le glaucome aigu ».

Le traitement laser

L’intervention s’effectue en ambulatoire. Le laser ressemble à la lampe à fente (l’instrument qui a été utilisé lors du contrôle général). Une anesthésie locale à l’aide de gouttes rend possible l’application d’un verre de contact sur l’œil, les gouttes agissent quelques minutes et n’influencent la vue que provisoirement.

La préparation constitue en une application de gouttes (chaque 5 min. pendant 30 min.). Ce traitement peut causer des maux de tête qui sont habituellement de courte durée (15-20 minutes). Ces gouttes entraînent un myosis (réduction de la pupille), afin que l’iris soit bien tendu. Il est impossible de faire une iridotomie si la pupille n’est pas tendue, car le tissu est trop « élastique ». Après le traitement au laser, une nouvelle application de gouttes anti-inflammatoires sera nécessaire (toutes les 5 min. pendant 15 min.). Ceci évitera que le trou créé par le laser ne se referme dans les jours qui viennent (vous pouvez comparer ceci avec un piercing, si vous ne mettez pas de boucle d’oreille après que le trou ait été effectué, le trou se referme).

Evolution post-traitement

Les soins sont réduits à l’instillation de gouttes anti-inflammatoires pendant une semaine. Dans la très grande majorité des cas, l’œil opéré est indolore.

Un certain degré d’irritation ou d’inflammation oculaire ainsi qu’une accentuation momentanée des difficultés visuelles peuvent être observés. Une élévation transitoire de la pression intra-oculaire est possible, pouvant nécessiter l’adjonction momentanée d’un traitement au moyen de gouttes.

Après une iridotomie au laser, il est parfois possible d’apercevoir un trait lumineux, il provient du passage de la lumière dans le trou de l’iris. Cette perception est le plus souvent temporaire.

Si vous souffrez d’altération de la vue ou de forts maux de tête, nous vous conseillons de prendre contact avec nous pour un contrôle.

Eventuelles complications du traitement au laser

Après ou pendant le traitement au laser, des malaises peuvent éventuellement survenir.

Il n’existe pas d’interventions médicales sans risques. Toutefois, les complications dues au traitement au laser sont exceptionnelles et peuvent être traitées. En exemple quelques complications qui ont été observées : des saignements de l’iris, une accélération de la manifestation de la cataracte et une augmentation passagère de la tension intra-oculaire.

Il est également possible que le traitement au laser doive être répété.

Examen orthoptique

L’examen de routine de l’acuité visuelle est effectué par le pédiatre. Si celui-ci détecte un défaut visuel ou un strabisme, l’enfant sera envoyé chez l’ophtalmologue afin d’établir un diagnostic plus précis et/ou lui prescrire un traitement thérapeutique. S’il existe un strabisme chez un des deux parents ou la fratrie, l’enfant sera envoyé durant les premières années de sa vie chez l’ophtalmologue.

Une demande de rendez-vous chez un ophtalmologue peut être faite directement par le parent si celui-ci remarque que son enfant louche ou que sa vue lui semble altérée. Des signes plus subtiles peuvent être détectés tels que des difficultés à l’école, difficulté à lire, à écrire ou a se concentrer.

La première consultation d’un enfant jusqu’à l’âge de 10 ans consiste en un examen ophtalmologique et un examen orthoptique. L’orthoptiste ne contrôle pas uniquement la vue mais aussi si l’enfant a un strabisme (déviations oculaires), s’il présente une faiblesse visuelle (amblyopie) ou une mauvaise acuité visuelle. Le traitement peut consister au port de lunettes ou autres.

Le strabisme est présent chez environ 4% de la population. Une tendance à loucher est encore plus fréquente. Le strabisme peut faire son apparition dès la naissance, durant l’enfance ou à l’âge adulte. La fréquence des symptômes, les plaintes et les conséquences sont très variables. Durant les premières années de l’enfance, on trouve généralement une faiblesse oculaire (faible capacité visuelle/amblyopie) due à un strabisme ou à un défaut visuel non corrigé conduisant le cerveau à négliger l’œil le plus faible.

Pour corriger la faiblesse de l’œil (amblyopie), l’œil le plus fort sera couvert régulièrement. Le développement visuel s’effectue dès la naissance et jusqu’à l’âge de 8 ans. C’est pourquoi cette thérapie ne peut pas être effectuée après cet âge. Il est donc très important de détecter et traiter le plus tôt possible toutes dysfonctions du développement de la vision.

Chez les enfants plus âgés et chez les adultes, peut apparaître une fatigue visuelle, une vision temporairement floue, des maux de tête ou une vision double. Par l’intermédiaire de l’examen orthoptique, la dysfonction d’un ou des deux yeux sera diagnostiquée et traitée, par exemple par l’intermédiaire de lunettes spéciales

Test de la vue et correction visuelle

Nous proposons pour les enfants et les adultes des tests de la vue afin de déterminer la correction nécessaire de vos lunettes. Nous contrôlons l’état de l’œil, y compris la pression intraoculaire. Dans certains cas et pour tous les enfants, l’ordonnance faite par un médecin vous permettra d’obtenir une contribution financière de votre caisse maladie lors de l’achat de vos lunettes ou de vos verres de contact.

Afin de certifier de votre capacité à conduire un véhicule, nous remplissons les formulaires requis par le service des automobiles apportés par vos soins lors du rendez-vous.

Consultations conseillées dès 40 ans

Des contrôles ophtalmologiques fréquents sont recommandés à partir de 40 ans. L’examen sert en premier lieu à détecter des signes précurseurs d’un glaucome. 5% de la population adulte souffre de glaucome pouvant entraîner la cécité s’il n’est pas traité de manière optimale. Le contrôle inclus l’examen du nerf optique, de la pression intra-oculaire et, dans certains cas l’évaluation des fibres nerveuses de l’œil par OCT (tomographie à cohérence optique). La pression intra-oculaire, tout comme la pression sanguine est susceptible de fluctuer, raison pour laquelle des mesures régulières sont indiquées.

A partir de 45 ans, on voit apparaître une détérioration de la vision, la presbytie. C’est un procédé naturel auquel on peut palier par le port de lunettes de lecture.

Les personnes ayant dans leur famille, même éloignée, des cas de maladies oculaires devraient faire des contrôles annuels. Les enfants, de parents ayant eu un strabisme (ayant louché) devraient être contrôlés dès leur plus jeune âge.

Dr Y.-D. Bifrare Tarin, MD PhD

15 novembre 1972


  • Formation
  • 1992-1999 / Etudes de médecine, Université de Berne
  • 2000-2004 / MD PhD, Université de Berne
  • 2004-2008 / Interne, Hôpital ophtalmique Jules Gonin, hôpital universitaire de Lausanne
  • 2008-2009 / Interne, Augenklinik, Inselspital, hôpital universitaire de Berne
  • 2009-2010 / Cheffe de clinique, Augenklinik, Inselspital, hôpital universitaire de Berne
  • 2010-2015 / Centre du glaucome, Clinique Montchoisi, Clinique C Lausanne
  • Diplômes
  • 2009 / Diplôme FMH de spécialisation en Ophthalmologie
  • 2004 / Doctorat en neurobiologie, MD PhD, Université de Berne
  • 2000 / Doctorat en médecine, Université de Berne
  • 1999 / Diplôme en médecine, Université de Berne

  • Membre de
  • Associations des médecins suisse FMH
  • Société Suisse d’ophtalmologie SSO
  • Société Vaudoise des médecins SVM
  • Groupe du glaucome de la Société Suisse d’ophtalmologie SSO (vice-présidente)
  • Fellow of the European Board of ophthalmology FEBO